Cheminée en marbre dans un ensemble de boiseries d'un chateau à acheter en Haute Normandie Cheminée cauchoise en pierres et briques dans une longère à vendre en seine Maritime Cheminée en marbre et briques dans un ensemble de boiseries d'un chateau à vendre en Haute Normandie Atre dans une maison normande à vendre du Pays de Caux Grande cheminées à jambages en pierre dans un manoir à vendre de la région d'Yvetot Cheminée normande dans une maison à vendre proche de Saint Valéry en Caux Cheminée en briques avec jambages en bois sculpté dans une maison à vendre proche d'Etretat Cheminée en pierre recouverte de boiseries dans une maison cauchoise à vendre proche de Veules les roses Cheminée en marbre dans un chateau à vendre dans la région de Varengeville Cheminée en briques et marbre dans un presbytère à vendre de la région de Fécamp Belle cheminée en bois d'un chateau à vendre dans le secteur d'Yvetot Cheminée en marbre d'une maison bourgeoise à vendre dans le secteur de Cany Barville Cheminée en bois sculpté dans un chateau à vendre proche de la plage des Petites Dalles Cheminée en marbre d'une demeure bourgeoise à vendre dans le secteur du havre Cheminée en marbre avec panier en fonte d'un chateau à vendre dans le 76 Cheminée en marbre avec fenêtre au dessus dans chateau à vendre région Varengeville sur mer
 

    Plus d'infos    Retour
CHEMINEES

Présente depuis toujours dans les maisons nobles, la cheminée s'installe en Pays de Caux dans les maisons plus simples au Moyen age. Elle remplace un feu à même le sol dont les fumées s'échappaient par un simple trou dans la toiture. Jusqu'au XIXème siècle, il est impossible de vivre sans cheminée. Elle servait non seulement à se chauffer mais aussi à cuisiner, à chauffer l'eau de la toilette, au ménage. Pour la lessive elle se transforme en "bouillot", chaudron maçonné typique du Pays de Caux. Plus tard, elles seront remplacées par des cuisinières ou des poêles à charbon intégré à l'âtre. La cheminée cauchoise est toujours un élément central, partie intégrante du gros-oeuvre de la maison. D'un coté, un passage dans la pièce voisine, de l'autre on aménage souvent un placard. Dans le fond est parfois aménagée une petite niche pour garder le sel à l'abri de l'humidité. La partie haute monte jusqu'au plafond avec briques apparentes. La partie basse est faite de deux jambages étroits en briques ou en pierres. Pierres qui parfois portent encore les stygmates d'un aiguisage passé de différents couteaux et outils agricoles. Pour éviter que ces grandes cheminées n'enfument la pièce principale, on installait une pièce de tissu en partie supérieure de l'âtre. Ceci  afin de guider cette fumée le temps que le fonds de l'âtre et le conduit montent en température et la dirige enfin vers le haut. L'art de la caminologie est souvent empirique même si un "Traité des cheminées" de F. DESVENTES date de 1756. L'âtre de la cheminée cauchoise est large et peut profond car elle devait permettre à toute la famille de se réchauffer. Au XVIIIème et au XIXème siècles, dans les logis de maîtres, nobles, bourgeois ou gros fermiers, la cheminée est intégrée dans un ensemble complet plus large comprenant boiseries et trumeaux avec miroirs ou scènes galantes, cohérents en style avec ceux présents dans l'ensemble de la maison. L'âtre devient simple, rétréci de métal émaillé blanc avec un rideau métallique coulissant pour fermeture. Tantôt travaillées, tantôt humbles, les parties basses (piédroits et entablements) sont en pierres locales sculptées, parfois recouverteS de boiseries, elles mêmes sculptées ou en marbre . Les manoirs et maisons de notre région cauchoise nous en offrent un large panorama.

VOIR LE BARÈME D'HONORAIRES
Imprimer Nous contacter

< Retour aux annonces

Agence immobilière de prestige en Seine-Maritime : CHEMINEES

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash