Agence immobilière de prestige en Seine-Maritime : Notre Normandie - EN MATERIAUX

En matériaux

Une maison normande, c'est aussi la mise en oeuvre de différents matériaux. Matériaux souvent simples, élémentaires, disponibles localement, donc écologiques avant l'heure. Ce sont la terre, les arbres, le fer et les roches qui constituent ces maisons normandes que nous aimons tant. D'abord bruts, minéraux et végétaux seront au fil du temps transformés à l'outil ou de façon chimique pour obtenir briques, carrelages, charpentes, cheminées, plâtres, staff, stucs, vitrages et ferronneries.

 

BRIQUES ET SILEX : MARIAGE NORMAND, MARIAGE CAUCHOIS

Cette polychromie architecturale alternant couleurs sombres et claires et surfaces mates et brillantes semble remonter à la période de reconstruction qui suivit la guerre de Cent Ans.

Associée au silex, la brique de Saint Jean est utilisée à partir du 15ème siècle en remplacement de la pierre plus couteuse à extraire. Elle est de teinte orangée et fait environ 3,3 centimètres d'épaisseur.

A partir de 1870, on passe à une cuisson au charbon qui lui donne une teinte rouge violine plus sombre. Plus épaisse, elle fait 5,4 centimètres d'épaisseur environ.

Briques et silex ont été mis en oeuvre par de véritables artistes maçons qui ont rivalisé de virtuosité et de techniques.

En savoir plus Nous contacter

SILEX PIERRE DU PAYS DE CAUX PAR EXCELLENCE

Utilisé principalement en soubassement, le silex taillé est un élément important du décor de la maison, sa brillance et les reflets de lumière contrastent avec la matité des autres matériaux, décor renforcé par la combinaison de silex noirs et de silex blonds.

En savoir plus Nous contacter

LA BRIQUE REMPLACE LA PIERRE

La brique des maisons cauchoises est issue de l’argile du plateau de Caux. Cette argile est, grâce à sa haute teneur en fer, d’une belle couleur rouge orangé. Après son extraction, l’argile subit différents traitements comme l’apprêt, la mise en moule et la cuisson dans un four. La cuisson de la brique détermine, entre autre, sa dureté. Dans les demeures cauchoises, des briques de différentes couleurs ou tailles sont parfois associées.

En savoir plus Nous contacter

BOISERIES NORMANDES

Rappelons que recouvrir les murs intérieurs de boiseries était à l'époque le moyen le plus simple d'isoler les maisons. Qu'elles soit nobles ou plus modestes, les maisons normandes nous laissent aujourd'hui de beaux morceaux de menuiserie. De différents styles : XVème, XVIème, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV ou Louis VXI, les boiseries étaient chevillées ou clavetées pour être démontables. Ainsi elles ont souvent été revendues, réajustées, complétées ou remplacées suivant la mode du moment. Il est possible de reconstituer l'histoire d'un bâtiment en observant ses pièces de charpente et de menuiserie in situ.

 

En savoir plus Nous contacter

PIERRES NORMANDES

De manière générale, les maçonneries en pierre des maisons rurales normandes étaient réalisées avec soin, dans la mesure où elles étaient destinées à rester apparentes. De hauts ou de bas reliefs, de taille, de calcaire ou de grès, ces pierres ont toujours orné les plus belles maisons cauchoises. Pas un château sans son fronton, ses armes et sa devise gravés dans la pierre. Pas un manoir sans son blason dans la même matière. Seuls les personnages ou les institutions les plus fortunés pouvaient assumer le coût de son extraction, de son transport et de sa sculpture.

En savoir plus Nous contacter

SOLS ANCIENS EN DALLAGES DE PIERRE A CABOCHONS

En pierre de Bourgogne, de Caen, de Fécamp ou en marbre, les sols en dalles de pierre avec cabochons sont l'apanage des plus belles maisons : châteaux, manoirs et demeures bourgeoises. Souvent présents dès l'entrée, ils sont essentiellement au rez de chaussée et dans les pièces de passage. D'une grande noblesse et d'un goût certain, ils acquièrent avec le temps, non pas une usure, mais une patine au charme incomparable. Les cabochons, de tailles et de formes variées sont la plupart du temps en ardoise ou en marbre noir. L'aspect naturel et presque sauvage de la pierre contraste avec la rigueur géométrique des alignements. Très à la mode dans les châteaux du XVIIIème siècle, ces sols sont présents depuis dans toutes les demeures nobles ou bourgeoises jusqu'au XXème siècle. De leur patine incomparable, ils sont le témoin poétique de milliers de nobles passages, depuis des siècles.

En savoir plus Nous contacter

PARQUETS NORMANDS

Posés sur des solives d'environ 2 mètres, elles même posées sur des poutres d'environ 4 à 5 mètres de façon perpendiculaire, les parquets sont une part essentielle des demeures normandes de caractère. Jusqu'au XVIIème siècle, ils sont souvent constitués de larges planches, souvent en bois résineux. Dans les plus belles maisons, on trouve des planchers à la française de type Versailles. Fréquemment, jusqu'au début du XXème siècle, on trouve parquets en point de Hongrie ou à bâtons rompus. On trouve également, mais plus rarement, quelques beaux planchers de marqueterie faits d'essences rares et exotiques.

En savoir plus Nous contacter

TOMETTES

La tomette revêt le sol de nombreuses demeures du Pays de Caux. Qu'ils soient carrés ou hexagonaux, ces carreaux de terre cuite sont reconnaissables à leur caractéristique couleur rouge orangé plus ou moins foncée. La tomette est obtenue à partir de terre cuite dans un four.

En savoir plus Nous contacter

CARRELAGES ATRIBUT DE LA MAISON BOURGEOISE NORMANDE

Au XIXème siècle apparaissent en France d'importantes manufactures de carrelage comme à Desvres dans le Pas de Calais qui produisent toutes sortes de motifs géométriques. Ils sont encore produits dans de petits ateliers alors qu'au XIXème siècle, ils l'étaient en très grandes quantités pour être posés dans toute maison bourgeoise.

En savoir plus Nous contacter

PLATRE, STAFF ET STUC

Les métiers de plâtrier, mouleur, staffeur et stucateur sont de véritables métiers d'art. Les moulures sont réalisées en plâtre à l'aide de gabarits en métal. Après séchage, elles sont collées en place. Le staff est un plâtre armé de filasse de chanvre ou de lin. Des plaques de staff sont façonnées avec de l'argile et moulurées pour ensuite être mise en place sur les plafonds ou des manteaux de cheminées et imiter le bois ou la pierre. Le stuc est pour sa part un mélange de plâtre et de marbre en poudre. Il est destiné à imiter le marbre.

En savoir plus Nous contacter

REVETEMENTS MURAUX

Peinture à la chaux, papiers peints, tapisseries, toiles et tissus ornent les murs des demeures cauchoises depuis qu'elles existent. Cette petite rubrique ne se veut pas exhaustive bien sûr. Elle souhaite simplement vous faire découvrir une petite sélection de celles qui nous ont marqué par leur couleur, leur age, leur état, leur matière sans autre souhait que de porter un témoignage. En effet, malgré une grande poésie et à cause de leur état, ces revêtements disparaissent sous les coups des rénovations indispensables à nos modes de vie modernes.

En savoir plus Nous contacter

LE FER, LE PLOMB ET AUTRES METAUX

La clouterie, la serrurerie et même les plaques de cheminée entraient dans les maisons normandes les plus humbles, mais les belles demeures, les églises et les chateaux avaient en plus des grilles, des rampes, des gardes-corps, des balcons et des girouettes. Au début du XIXème, le développement des forges donne des prix plus abordables. C'est aussi à cette époque que les productions en fonte plus banales se généralisent. Gouttières, revêtements de toitures, épis de faitage ou vergettes de vitraux sont en plomb qui se prête mieux que tout autre métal, au travail de découpage et de martelage à froid. Le cuivre et le bronze sont en Normandie des matériaux d'importation. Aussi, ils sont peu présents dans les chaumières.

En savoir plus Nous contacter

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash